Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 19:06
Prix Nobel des sciences économiques 2013

Après les prix Nobel de médecine, de physique, de chimie, de littérature et de la paix, cette semaine de remise de prix s’est achevée le lundi 14-10-2013 avec l’attribution du prix Nobel d’économie par la Banque centrale de Suède, à 13 heures.

Eugene F. Fama (Université de Chicago), Lars Peter Hansen (Université de Chicago) et Robert J. Shiller (Université Yale) remportent le prix Nobel d'économie 2013 ( pour leur analyse empirique des prix des actifs "empirical analysis of asset prices").

S'il est impossible de prédire le prix des actions et des obligations à court terme, grâce aux travaux de Fama, Hansen et Shiller, "il est tout à fait possible de prévoir le cours général de ces prix sur de longues périodes comme les trois à cinq prochaines années", a relevé l'Académie dans son communiqué.

MM. Fama, 74 ans, et Hansen, 61 ans, sont professeurs à l'université de Chicago, temple de l'école néo-classique en économie qui postule la rationalité des agents économiques.
Robert Schiller est le plus connu des trois parmi le grand public. Il a conçu un indice sur les prix de l'immobilier aux Etats-Unis, appelé Case-Shiller, et publié chaque mois par l'agence d'évaluation financière Standard and Poor's.

Ils succèdent aux Américains Lloyd Shapley et Alvin Roth, lauréats 2012. (voir l'article "prix Nobel d'économie 2012" sur ce blog).
Le prix Nobel est doté de 8 millions de couronnes (910.000 euros), payés par la Banque de Suède qui a créé le prix en 1969.

Repost 0
Published by OUBEJJA Mohamed - dans Microéconomie
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 14:27

Alvin Roth et Lloyd Shapley ont été récompensés pour leurs travaux sur la théorie des jeux et la façon d’ajuster les agents économiques.

 

Les Américains Alvin Roth et Lloyd Shapley ont obtenu le Prix Nobel 2012 d’Économie pour leurs travaux sur la meilleure manière d’accorder offre et demande sur un marché, avec des applications dans le don d’organes et l’éducation. “Cette année le prix récompense un problème économique central : comment associer différents agents le mieux possible”, a indiqué l’Académie royale suédoise des sciences.

Lloyd Shapley, 89 ans, professeur à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), est un pionnier de la théorie des jeux. Celle-ci étudie mathématiquement la façon dont des acteurs prennent des décisions stratégiques pour servir leur intérêt propre et anticiper les réactions des autres, sans toujours y parvenir. Vu son âge, il était considéré comme l’un des “nobélisables” qui risquaient d’être oubliés dans le palmarès, même si son champ de recherche n’est pas le plus populaire chez les chercheurs en sciences économiques. Il a “utilisé ce qu’on appelle la théorie des jeux coopératifs pour étudier et comparer diverses méthodes” destinées à faire concorder offre et demande, a expliqué l’Académie royale suédoise des sciences. Et il est parti de l’exemple des mariages, donnant un algorithme qui permettrait (en théorie) de donner à chaque célibataire dans un groupe donné le meilleur conjoint.

Concrètement, l’une des applications est “l’affectation de nouveaux docteurs dans les hôpitaux, d’étudiants dans les écoles, des organes à transplanter avec les receveurs”. “Lloyd Shapley a su démontrer comment la conception spécifique d’une méthode (devant accorder offre et demande, NDLR) peut systématiquement bénéficier à l’une ou l’autre partie d’un marché”, a-t-elle ajouté.

Domination américaine

Après ces découvertes théoriques, Alvin Roth est passé aux applications pratiques. Ce professeur à l’université de Harvard de 60 ans “a reconnu que les résultats théoriques de Shapley pouvaient élucider le fonctionnement pratique de marchés importants”. Pour les applications dans le don d’organes, il s’est servi de l’algorithme conçu par Lloyd Shapley et un autre économiste et mathématicien américain aujourd’hui décédé, David Gale, “combiné à des modifications qui prennent en compte les circonstances spécifiques et les restrictions éthiques”.

Ils succèdent à deux autres Américains, Thomas Sargent et Christopher Sims, récompensés en 2011 pour leurs travaux sur les causes et effets en macroéconomie. La domination américaine sur ce prix a été confirmée, avec 17 Américains (dont deux Israélo-Américains) sur les 20 lauréats des dix dernières années.

Le “prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel” est doté de 8 milliards de couronnes suédoises (923.000 euros). Il clôt une saison qui a récompensé pour la Médecine un Britannique et un Japonais, pour la Physique un Français et un Américain, pour la Chimie deux Américains, pour la Littérature un Chinois, et pour la Paix l’Union européenne. Ces lauréats doivent recevoir leur prix lors d’une cérémonie le 10 décembre, jour anniversaire de la mort de l’industriel suédois Alfred Nobel.

Source : Le point.fr, 15/10/2012

Repost 0
Published by OUBEJJA Mohamed - dans Microéconomie
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 21:56

FICHE DE LECTURE

Un autre monde – Contre le fanatisme du marché

L’AUTEUR :

Joseph STIGLITZ est prix Nobel d’économie 2001 pour ses travaux sur les conséquences de l’information imparfaite et limitée et de la concurrence imparfaite. Il a été conseiller économique auprès de Bill Clinton, économiste en chef puis vice président de la banque mondiale de 1997 à 2000. Ses recherches scientifiques remettent en cause la théorie de l’équilibre spontané des marchés.

L’OUVRAGE :

Le constat :

L’auteur précise que la mondialisation, accueillie dans l’euphorie au début des années 1990, n’a pas tenu ses promesses d’enrichissement pour tous. En effet, elle génère des déséquilibres et des inégalités (dans les pays développés comme dans les PED) : les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres (échec de la théorie du ruissellement).

STIGLITZ ne remet pas en cause la mondialisation mais la façon dont elle est organisée, qu’il considère injuste car elle profite surtout aux pays développés au détriment des PED (et dans les pays développés, à une part minoritaire de la population).

Partant de ce constat, l’ouvrage propose des solutions pour une mondialisation plus juste dans plusieurs directions (ex : le réchauffement planétaire) avec une idée récurrente (qui prend source dans le fait que la mondialisation économique a été plus rapide que la mondialisation politique) : la gouvernance mondiale. Cette dernière suppose la création ou la réorganisation des instances mondiales dans un sens plus démocratique chargées de faire respecter des lois mondiales y compris en se donnant les moyens coercitifs d’y parvenir.

Des réformes favorables au développement des pays pauvres :

1) Comment créer un régime commercial juste ?

La libéralisation du commerce était censée conduire à la croissance notamment des pays pauvres mais les accords internationaux sont déséquilibrés en défaveur de ces derniers (exemple : échec de DOHA puisque les pays développés, sans vouloir renoncer aux subventions accordées à leurs agriculteurs voulaient imposer la réduction des droits de douane et l’ouverture des marchés aux biens et services aux pays pauvres).

L’auteur préconise l’ouverture des marchés des pays riches aux pays pauvres sans réciprocité, sans conditions économiques ni politiques.

L’autorisation pour les pays pauvres de pouvoir subventionner même temporairement certaines de leurs activités agricoles ou industrielles.

La libéralisation des flux migratoires pourrait permettre aux ressortissants des pays pauvres de travailler à l’étranger, d’y percevoir un revenu qui serait « réinvesti » dans le pays d’origine.

2) Comment concevoir un régime équilibré de propriété intellectuelle ?

Les droits de propriété intellectuelle donnent à leurs propriétaires le droit exclusif de l’utiliser, ou d’autoriser son utilisation contre paiement d’une redevance. Il y a donc création d’un monopole (ex : domaine de la santé, de l’agriculture).

Deux problèmes se posent :

- Les brevets déposés « entravent » la diffusion et l’utilisation des connaissances et tendent à ralentir le progrès technique puisque toute innovation s’appuie sur des innovations antérieures d’une part ;

- Des conflits entre intérêts économiques et valeurs morales (médicaments par exemple) apparaissent.

On peut donc s’interroger sur ce qui est brevetable, sur quelle durée et avec quel degré de généralité. L’auteur propose d’assurer un accès aux médicaments dans les PVD, d’arrêter la biopiraterie et de protéger les savoirs traditionnels.

3) Comment exploiter les ressources naturelles dans l’intérêt de tous ?

Les pays dotés en ressources naturelles (riches ou à plus forte raison pauvres) sont confrontés au double problème de la rétribution de ces ressources et à l’utilisation efficace de l’argent qu’ils en retirent.

 Développer la transparence des industries extractives, réduire les ventes d’armes, certifier les produits issus de l’exploitation des ressources naturelles, mettre au point des normes sont les principales mesures préconisées pour atteindre cet objectif.

4) Comment préserver la planète en permettant aux PVD de se développer ?

Lorsqu’il existe une ressource commune que tout le monde peut utiliser gratuitement et librement, aucun usager ne pense aux possibles effets négatifs de ses actes sur les autres. Il faut donc poser des limites. Pour un état, cela peut s’envisager soit par la privatisation (solution qui exclue souvent les plus pauvres), soit par la gestion de la ressource par l’Etat.

La gestion du réchauffement de la planète suppose donc d’être publique et mondiale. Pour ce faire et à partir des bases du protocole de Kyoto, on peut réfléchir à des objectifs d’émission spécifiques pour les PVD, les indemniser pour qu’ils ralentissent le processus de déforestation et à des moyens de pression et des incitations notamment pour les Etats Unis.

5) Comment intégrer les multinationales?

Ces dernières souvent considérées comme étant ce qui ne va pas dans la mondialisation ont le profit comme objectif. Leur taille étant équivalente à celle de certains états, il semble nécessaire de limiter leur pouvoir tout en leur faisant prendre conscience de leur rôle social.

Améliorer leur gouvernance en leur imposant de tenir compte de tous leurs partenaires –pas seulement des actionnaires, faciliter l’obtention d’indemnités lorsqu’elles sont responsables de dommages suppose l’existence et les moyens de faire respecter un droit mondial de la concurrence.

6) Comment gérer la dette des PVD ?

On peut distinguer quatre catégories de pays (ceux qui ont emprunté à d’autres états ; ceux qui doivent leur dette à des régimes corrompus, ceux dans lesquels les prêteurs privés ont consentis trop de prêts à des emprunteurs privés d’où des conséquences nationales ; ceux qui ne peuvent rembourser qu’au prix d’efforts démesurés pour la population) mais l’allègement de la dette paraît aujourd’hui incontournable à l’ensemble de la communauté internationale.

On peut s’interroger aussi sur la responsabilité des prêteurs qui engagent les pays pauvres au delà de leurs possibilités de remboursement (autres états, organismes internationaux, prêteurs privés).

Le retour au prêt contracyclique (on prête davantage lorsque l’économie va mal), la réduction du risque pour le pays emprunteur par rapport aux taux d’intérêts et aux taux de change (le pays emprunteur devrait emprunter dans sa propre monnaie), la mise en place d’une législation internationale des faillites sont quelques pistes fournies par l’auteur.

7) Comment réformer le système de réserve mondial?

Ce système fondé sur le dollar contribue à l’instabilité financière mondiale. STIGLITZ propose de reprendre l’idée de KEYNES qui consistera à émettre au niveau mondial, une monnaie fiduciaire qui servirait de monnaie de réserve (les greenbacks mondiaux).

Repost 0
Published by OUBEJJA Mohamed - dans Microéconomie
commenter cet article

Présentation

  • : Economia
  • Economia
  • : Economie : structure et comportement
  • Contact

Profil

  • OUBEJJA Mohamed
  • Enseignant des sciences économiques et de gestion, titulaire d'une licence appliquée en management des systèmes d'information et de décision et d'un Bac sciences maths.
  • Enseignant des sciences économiques et de gestion, titulaire d'une licence appliquée en management des systèmes d'information et de décision et d'un Bac sciences maths.

Recherche

Archives

Articles Récents

  • Le comportement des banques et la crise des crédits subprime : l’apport de la théorie de l’agence
    Université IBN ZOHR-FSJES Agadir Master Économie Appliquée Matière : théorie de la firme Professeur : Mr Lahoucine RAOUI Etudiants: Mohamed OUBEJJA et Tehami ABAKARIM (Extrait de la recherche) Introduction générale : Le système financier joue un rôle...
  • Exercices de la théorie des jeux
    Exercice 1: Deux joueurs se disputent un objet. Chacun des joueurs i dans {1, 2} attribue une valeur vi> 0 à l’objet. Le mécanisme de transaction suivant peut être appelé ”jeu d’arrêt” : Chaque joueur décide quand il concède l’objet. En d’autres termes...
  • La théorie de l'agence
    C ette approche contractuelle s'inscrit dans le cadre de la nouvelle microéconomie et plus précisément dans le cadre de l'économie de l'information . Elle se distingue de la théorie des coûts de transaction dans la mesure où elle préserve l'hypothèse...
  • Institutions et croissance économique: Approche économétrique
    Nature des institutions La définition de Douglass North : Les institutions englobent les règles officielles d’une société (constitutions, législations et réglementations), ses prescriptions officieuses (conventions, normes, traditions, et codes de conduite...
  • La théorie des coûts de transaction
    1. R. COASE et la question de l'existence de la firme Dans son article de 1937, R. Coase est le premier économiste à poser la question de savoir pourquoi les firmes existent et plus largement la question de la nature de la firme. Pour Coase, la firme...
  • Théories de la firme
    Alors que l'entreprise est un agent économique central, elle n'a occupé qu'une place marginale en sciences économiques jusque dans les années 1970 et la redécouverte de l'article de R. Coase de 1937. Aujourd'hui encore, pour la théorie de l'équilibre...
  • Prix Nobel des sciences économiques 2013
    Après les prix Nobel de médecine, de physique, de chimie, de littérature et de la paix, cette semaine de remise de prix s’est achevée le lundi 14-10-2013 avec l’attribution du prix Nobel d’économie par la Banque centrale de Suède, à 13 heures. Eugene...
  • La théorie des zones monétaires optimales
    Introduction La théorie des zones monétaires optimales (ZMO) étudie l’opportunité pour un groupe de pays de former une union monétaire. Elle définit aussi, plus implicitement, des situations « idéales » permettant de maximiser les bénéfices. 1. Enjeux...
  • Clashing Theories: Why Is Unemployment So High When Interest Rates Fall to Zero?
    General-equilibrium models for studying the zero lower bound on the nominal interest rate contain implicit theories of unemployment. In some cases, the theory is explicit. When the nominal rate is above the level that clears the current market for output,...
  • La coupure budgétaire: Quel impact sur l'économie marocaine?
    Le gouvernement marocain a décidé récemment d'opérer une coupure budgétaire afin de réduire le déficit budgétaire qui s'aggrave année après année pour atteindre 7,1% du PIB en 2012. Solde budgétaire en % du PIB 2009 2010 2011 2012 -2,2% -4,7% -6,2% -7,1%...