Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 09:33


Alors que l'entreprise est un agent économique central, elle n'a occupé qu'une place marginale en sciences économiques jusque dans les années 1970 et la redécouverte de l'article de R. Coase de 1937.
Aujourd'hui encore, pour la théorie de l'équilibre général, pour les théories des marchés ou pour une partie de l'économie industrielle, l'entreprise est assimilée à une «boîte noire» ou un «point». En effet, la théorie économique néoclassique a pour objet l'étude des marchés et des mécanismes de prix. La firme ne joue pas un rôle central dans ce cadre-là, seules importent la quantité de ressources qui «entre» dans la firme, les inputs (capital, travail, matières premières...) et la quantité de biens qui en «sort», les outputs, directement vendus sur le marché (d'où le terme de «boite noire» pour qualifier l'entreprise). Cette conception de la firme néoclassique repose sur des hypothèses fortes. (i) L'entreprise est assimilée à un agent économique individuel. Rien n'est dit sur le fonctionnement interne de l'entreprise et en particulier sur les conflits d'intérêt. (ii) Le comportement de l'entreprise est assimilé à celui de l'entrepreneur. Celui-ci, comme tout agent économique, a un comportement parfaitement rationnel (il a une information parfaite et des capacités d'analyse infinies). L'objectif poursuivi est unique : la maximisation du profit.
C'est l'irréalisme de ces hypothèses qui va justifier la remise en cause de cette vision de la firme et le développement de conceptions alternatives de l'entreprise. Mais au final, on retiendra aussi que la firme néoclassique est avant tout un acteur des échanges sur les marchés et qu'elle n'a pas vocation à être elle-même sujet de l'analyse néoclassique.
Au-delà de la remise en question de ce cadre néoclassique, les approches théoriques de la firme présentées dans cette synthèse ont bénéficié du développement de trois approches originales de l'entreprise, davantage basées sur l'observation du fonctionnement des firmes réelles.
Une première analyse majeure de l'entreprise est celle d'A. Berle et G. Means. Leur ouvrage de 1932 est le point de départ de ce que l'on a appelé la «révolution managériale». L'idée centrale de ces auteurs est de montrer que le développement de la grande société par actions, et la dispersion de la propriété entre un grand nombre d'actionnaires, tend à entraîner la séparation de la propriété et du contrôle de l'entreprise. Le pouvoir de décision appartient aux managers et la propriété aux actionnaires. Cette approche inspirera par la suite la théorie de l'agence dans sa représentation de l'entreprise.
La deuxième approche est l'approche dite «behavioriste» de Cyert et March. Leur ouvrage de 1963 présente l'entreprise comme une organisation complexe, constituée de groupes aux intérêts divers et caractérisée par des rapports simultanés de conflits et coopération. Les auteurs précisent que la firme est aussi le lieu d'apprentissages collectifs, thème qui sera repris par les approches évolutionnistes de la firme.
Enfin l'analyse d'A. Chandler à la fois dynamique et historique, va initier l'approche de R. Coase en présentant la firme comme une institution complexe, fondée sur un système de coordination administrative et hiérarchique.
La théorie de la firme qui se développe à partir des années 1970 se pose essentiellement une question : qu'est ce qu'une firme ? Cette question, qui semble pourtant d'une grande simplicité, n'est pas encore complètement résolue aujourd'hui, tant du point de vue théorique qu'empirique. Du point de vue théorique le problème vient du manque d'unité dans les approches théoriques de la firme, et donc de la pluralité des réponses apportées à cette question. Certaines approches vont davantage répondre à la question de la nature et des frontières de la firme afin de savoir quand une transaction doit se dérouler dans une entreprise ou sur le marché (analyses de R. Coase ou O. Williamson par exemple). D'autres approches s'intéressent à la structure interne de la firme : comment une entreprise est-elle organisée ? Quels en sont les modes d'incitation et de contrôle (théorie des incitations) ? D'un point de vue empirique le problème est celui de l'observation de formes très diverses d'organisation (firmes, marché mais aussi sous-traitance, réseau de franchise...) et de la concordance entre ces observations et les enseignements théoriques.

Partager cet article

Repost 0
Published by OUBEJJA Mohamed - dans Théories de la firme

Présentation

  • : Economia
  • Economia
  • : Economie : structure et comportement
  • Contact

Profil

  • OUBEJJA Mohamed
  • Enseignant des sciences économiques et de gestion, titulaire d'une licence appliquée en management des systèmes d'information et de décision et d'un Bac sciences maths.
  • Enseignant des sciences économiques et de gestion, titulaire d'une licence appliquée en management des systèmes d'information et de décision et d'un Bac sciences maths.

Recherche

Archives

Articles Récents

  • Le comportement des banques et la crise des crédits subprime : l’apport de la théorie de l’agence
    Université IBN ZOHR-FSJES Agadir Master Économie Appliquée Matière : théorie de la firme Professeur : Mr Lahoucine RAOUI Etudiants: Mohamed OUBEJJA et Tehami ABAKARIM (Extrait de la recherche) Introduction générale : Le système financier joue un rôle...
  • Exercices de la théorie des jeux
    Exercice 1: Deux joueurs se disputent un objet. Chacun des joueurs i dans {1, 2} attribue une valeur vi> 0 à l’objet. Le mécanisme de transaction suivant peut être appelé ”jeu d’arrêt” : Chaque joueur décide quand il concède l’objet. En d’autres termes...
  • La théorie de l'agence
    C ette approche contractuelle s'inscrit dans le cadre de la nouvelle microéconomie et plus précisément dans le cadre de l'économie de l'information . Elle se distingue de la théorie des coûts de transaction dans la mesure où elle préserve l'hypothèse...
  • Institutions et croissance économique: Approche économétrique
    Nature des institutions La définition de Douglass North : Les institutions englobent les règles officielles d’une société (constitutions, législations et réglementations), ses prescriptions officieuses (conventions, normes, traditions, et codes de conduite...
  • La théorie des coûts de transaction
    1. R. COASE et la question de l'existence de la firme Dans son article de 1937, R. Coase est le premier économiste à poser la question de savoir pourquoi les firmes existent et plus largement la question de la nature de la firme. Pour Coase, la firme...
  • Théories de la firme
    Alors que l'entreprise est un agent économique central, elle n'a occupé qu'une place marginale en sciences économiques jusque dans les années 1970 et la redécouverte de l'article de R. Coase de 1937. Aujourd'hui encore, pour la théorie de l'équilibre...
  • Prix Nobel des sciences économiques 2013
    Après les prix Nobel de médecine, de physique, de chimie, de littérature et de la paix, cette semaine de remise de prix s’est achevée le lundi 14-10-2013 avec l’attribution du prix Nobel d’économie par la Banque centrale de Suède, à 13 heures. Eugene...
  • La théorie des zones monétaires optimales
    Introduction La théorie des zones monétaires optimales (ZMO) étudie l’opportunité pour un groupe de pays de former une union monétaire. Elle définit aussi, plus implicitement, des situations « idéales » permettant de maximiser les bénéfices. 1. Enjeux...
  • Clashing Theories: Why Is Unemployment So High When Interest Rates Fall to Zero?
    General-equilibrium models for studying the zero lower bound on the nominal interest rate contain implicit theories of unemployment. In some cases, the theory is explicit. When the nominal rate is above the level that clears the current market for output,...
  • La coupure budgétaire: Quel impact sur l'économie marocaine?
    Le gouvernement marocain a décidé récemment d'opérer une coupure budgétaire afin de réduire le déficit budgétaire qui s'aggrave année après année pour atteindre 7,1% du PIB en 2012. Solde budgétaire en % du PIB 2009 2010 2011 2012 -2,2% -4,7% -6,2% -7,1%...